Decoration / Matang et Natasha Sumant, Matang chair

Matang chair
Matang chairMatang chairMatang chairMatang chairMatang chairMatang chairMatang chairMatang chair

Description

Natasha Sumant et Matang

 

Matang chair

 

Fauteuil de forme rectangulaire aux montants en bois de frêne teinté à l’indigo et assemblé à l’aide de clefs en marbre blanc de Makrana. L’assise en coton teinté au safran, à la racine de garance et au graines de rocou.

 

Natasha Sumant et Matang ont conçu ce fauteuil comme une interprétation du fauteuil de planteur. Cet élément de mobilier, symbole de l’ère coloniale, se trouvait fréquemment suis la véranda, surplombant la plantation. Souvent de couleur terne et avec un repose-pieds, ce modèle a été décolonisé par l’addition de la teinte indigo, objet de convoitise et origine de la colonisation. Le repose-pieds a été supprimé et la forme reprise dans un style contemporain.

 

Des clefs d’assemblage en marbre blanc de Makrana, le marbre du Taj Mahal, sont utilisées en hommage aux artistes moghols.

Chaque pièce est sculptée par les sculpteurs des temples dont le savoir se transmet à travers les générations. En travaillant avec eux, Natasha Sumant et Matang ont voulu donner une vision contemporaine de cette tradition artisanale indienne.

 

Le safran, la racine de garance, les graines de rocou, épices essentielles au commerce colonial, ont été utilisées pour la coloration de l’assise.

 

Création contemporaine.

 

Dimensions

Hauteur : 73 cm

Largeur : 47 cm

Profondeur : 63 cm

 

Prix sur demande.

 

Matang

 

Matang est un atelier d’architecture et d’ébénisterie entre Paris et Mumbai, créé par Lucien Dumas. Un travail issu de la rencontre des pierres du Rajasthan avec les essences de bois françaises. Une relation entre les sculpteurs des temples indiens, travaillant avec les mêmes pierres depuis des générations et l’ébénisterie française contemporaine.

Une démarche qui se construit autour des matériaux naturels issus d’un territoire, leurs expressions, la manière dont ils se rencontrent et les mains les mettant en forme. Telle une interface, ces objets sensibles expriment une technique, une culture, un rapport à la pierre, au bois, à la terre. En incarnant l’essence d’un territoire, ces projets témoignent de la relation établie par les hommes avec leur environnement.